Accueil

Le Mot du Directeur

 

Lorsqu’il m’a été demandé de rédiger le « mot du directeur », sorte de court message destiné à présenter le Collège de droit, c’est, en réalité trois mots qui me sont immédiatement et successivement venus à l’esprit :

Le mot « Réussite », tout d’abord, et une double réussite en l’occurrence, puisqu’elle est, à la fois, la réussite du Collège, qui, à l’issue de huit années d’existence, a bien montré qu’il répondait à un besoin de filières d’excellence au sein de l’université, et la réussite de ses étudiants, lesquels, après trois années d’un travail particulièrement assidu, se voient dotés d’un diplôme supplémentaire qui, étant déjà connu du monde professionnel comme du monde universitaire, est synonyme de qualité et peut leur permettre de trouver des stages ou d’intégrer d’autres formations plus facilement.

Le mot « Ouverture », ensuite, et, là aussi, c’est une qualité qui est double. Cette ouverture du Collège se manifeste, tout d’abord, par des enseignements à la fois complémentaires et différents des matières qui sont traditionnellement enseignées en licence puisque le Collège permet à ses étudiants d’approfondir leurs connaissances en économie-gestion, en fondements du droit (sociologie ou philosophie du droit) ou en droit international, lesquels constituent les trois filières spécialisées du Collège.

Cette ouverture se manifeste également par le refus d’instaurer dès la première année de droit un cloisonnement figé des étudiants : de la même manière que les étudiants qui ont eu la chance d’être sélectionnés pour intégrer la première année du Collège devront le quitter s’ils ne parviennent pas à remplir les conditions du passage en deuxième année, les étudiants qui n’ont pas été sélectionnés initialement (parce que leurs résultats au baccalauréat n’étaient pas suffisants pour cela) se voient offrir la possibilité de rejoindre ultérieurement le Collège, par un mécanisme d’intégration directe, si leurs qualités de juristes se sont révélées au cours de leur première année de droit et s’ils ont, de ce fait, obtenu de très bons résultats à leurs examens de fin d’année.

Le mot « Encouragements », enfin, et en tant que mot de la fin, car il est le plus important. L’objet du Collège de droit, comme de l’ensemble des parcours mis en place en première année de droit à Paris 2, est d’offrir à chacun de nos étudiants, en fonction de leurs aptitudes diverses, ce qui peut leur convenir de mieux, et ce en les poussant toujours à se dépasser davantage, l’université étant au service de leur réussite future.

 

Pierre Crocq

Professeur à’l’Université Panthéon-Assas (Paris II)

Directeur du Collège de droit

Directeur de l’Institut d’Etudes Judiciaires “Pierre Raynaud »

Le Mot du Fondateur

La création du Collège de Droit d’Assas, en 2008, visait un objectif précis : offrir aux meilleurs étudiants de l’Université Panthéon-Assas un cursus plus ouvert intellectuellement et internationalement.

En cela, il est l’une des réponses apportées par l’Université à un besoin aigu : mieux s’adapter à la diversité de ses étudiants, en offrant à chacun la formation correspondant à ses compétences et ambitions du moment.

À l’instar des colleges des meilleures universités anglo-saxonnes, le Collège de droit est donc conçu comme une véritable école au sein de l’université, avec son identité et sa singularité, et conduisant à un diplôme spécifique.

Aux étudiants capables et désireux de suivre une formation plus dense, il propose une série de cours supplémentaires, destinés à compléter la formation classique en droit.

C’est donc la complémentarité et l’ouverture qui sont recherchées à travers des enseignements en droit étranger, économie et gestion, philosophie juridique, théorie politique.

L’idéal intellectuel cultivé par le Collège de Droit est un idéal d’esprit critique, solidement assis sur une large culture, qui permet de mettre en perspective les apprentissages du cursus classique en droit.

En outre, parce qu’une formation universitaire aujourd’hui n’est pas complète si elle ne donne pas aux étudiants les moyens de comprendre le monde, nous avons souhaité que le Collège de droit soit résolument tourné vers l’international, à la fois par ses contenus d’enseignement, et dans la pratique, en soutenant les étudiants souhaitant étudier à l’étranger.

Si le Collège de droit cultive explicitement l’excellence académique, par un cursus exigeant et une sélection rigoureuse, il est également conçu pour faciliter les passerelles avec le cursus classique, en multipliant les points d’entrée possible.

Il est ainsi possible pour les étudiants de rejoindre le Collège de Droit à différents moments de leur parcours : dès la première année de Licence, pour les étudiants ayant réussi le test d’entrée, mais aussi en L2 ou L3, si leurs résultats académiques de l’année précédente le permettent.

Cette souplesse dans les modalités d’intégration, qui s’adapte au parcours de chaque étudiant, est une force et une originalité du Collège ; il échappe ainsi aux inconvénients des grandes écoles, et réussit à articuler les atouts de l’école et le meilleur de l’université.

Unique en France au moment de sa création, le modèle du Collège de droit a fait des émules, et des cursus similaires existent désormais dans plusieurs universités françaises : preuve que ce modèle, qui articule ambition intellectuelle et large ouverture sur l’université, a touché juste.

Je me réjouis de voir le Collège de Droit imaginé par Panthéon-Assas accompagner des générations d’étudiants dans un parcours exigeant, ambitieux et ouvert.

Louis Vogel
Président de l’Université Panthéon-Assas (Paris II) 2006-2012
Publicités